C’est pas tout mais… on mange quoi pour le réveillon ?

J’adore le mois de décembre : entre décoration de la maison et du sapin, achat des cadeaux de noël pour faire plaisirs à nos proches, ouverture du calendrier de l’avent et DIY de boules ou autres décorations diverses avec les enfants… on ne sait plus où donner de la tête 🙂

C’est aussi le mois, oú, en achetant notre petit magasine de cuisine, on découvre plein de recettes touts plus alléchantes les unes que les autres, avec des produits d’exception, ou non, mais en tout cas qu’on ne fait pas tous les jours. J’adore !

Enfin, pour ceux et celles qui organisent le réveillon, il faut penser au MENU !

En soit, ce n’est pas très compliqué car la  blogosphère, les magasines de cuisine (et j’en passent) débordent d’idées en tout genre.

Le plus difficile est, à mon sens, faire en sorte de faire un menu ÉQUILIBRÉ, BON mais pas trop bourratif. Parfait quoi ! Il faut donc jongler avec une entrée légère par exemple, et un plat qui le sera moins… et penser à l’état des invités au moment du dessert … j’entends par là que souvent, après un long apéro, une entrée et un plat, le dessert est souvent de trop. Il faut donc prévoir quelque chose de digeste et facile à manger.

Il faut aussi penser que l’on ne peut pas TOUT faire le jour du réveillon et que le mot d’ordre est donc l’ANTICIPATION ! Le fois gras, le saumon gravlax, que je vous suggère en entrée, ont l’avantage de se faire en avance, voire très en avance (3 jours).

Bref, bref bref… on est déborbé(e)s en ce moins de décembre hein 😉 plein de choses à penser pour se changer les idées, pour sortir de cette morosité ambiante…

Pour ce donner du courage, on se fait un petit vin chaud, des manalas et des truffes au chocolat ? 😉

Voici mes suggestions et propositions d’entrées, plats et desserts que j’ai déjà pu tester et approuver, qui seront parfaits pour l’organisation de votre réveillon !

Aller, bonne cuisine à tous et bon mois de décembre !

POUR L’ENTRÉE

  • Fois gras : un grand classique mais dont on ne se lasse pas ! Il a l’avantage d’être prêt en avance et c’est autant de temps de gagner pour le jour J.

foie gras

  • Saumon gravlax : même avantage que le fois gras, il est prêt en avance. C’est une entrée fraîche et légère.

POUR LE PLAT

IMG_6686

Et pour accompagner:

  • la fondue de poireaux : le poireaux accompagnera beaucoup de viandes. C’est léger et fin en bouche quand c’est bien préparé.
  • Une purée : de pomme de terre ou bien mieux encore la purée de céleri !
  • Un risotto : le mien est fait au Cooking Chef et c’est tellement pratique…

POUR LE DESSERT

IMG_6243

Bûche au Nutella

Clémentine Givrée

Publicités

Chapon aux morilles & vin jaune

Il y a maintenant deux ans, j’ai organisé Noël à la maison et avais opté à l’époque pour cette recette de chapon aux morilles et vin jaune.

Deux ans plus tard, ce plat fait toujours parti de mes favoris en matière de plat festif. Rien que d’y penser, j’en ai encore l’eau à la bouche…

Avec cette recette, le chapon n’est absolument pas sec mais est, au contraire, très gouteux ! Le chapon, les morilles et le vin jaunes sont d’excellents produits qui ne peuvent, au final, que faire un excellent plat !

C’est un plat festif, certes, mais également convivial.

Ce plat n’est pas particulièrelent complexe à réaliser (sauf pour la découpe du chapon, que je vous conseille de faire faire par votre boucher). Il a l’avantage d’être préparé la veille, ce qui fait gagner (je vous assure) un temps fou le jour J.

J’ai choisi de le servir avec une purée de céleri. Mais une purée de pommes de terre aurait également très bien pu accompagner ce plat.

IMG_7027 IMG_7026

  • Préparation : 1 heure
  • Repos : 12 heures
  • Cuisson : 2h00
  • 1 chapon d’environ 3 kg
  • 2 c. à soupe de farine
  • 120 gr de morille séchées
  • 30 gr de beurre
  • 40 cl de vin jaune (ou autre vin du Jura si vous ne trouvez pas)
  • 40 cl de crème fraiche épaisse
  • Sel et poivre

LA VEILLE (temps de préparation : environ 30 minutes et 1h30 de cuisson minimum) :

1. Le chapon

Découper en 8 morceaux le chapon (ce n’est pas l’étape la plus facile !).

Faire chauffer le beurre dans une cocotte de tous les côtés 5 minutes environ. Saler et poivrer.

Ajouter la farine et bien enrober les morceaux.

Verser le vin, ajouter la cacasse dans la cocotte et laisser mijoter sur feu doux et à couvert pendant 1h30 ou plus car plus ça mijotera, meilleur le plat sera !).

Laisser refroidir et placer la cocotte couverte dans un endroit frais (mais pas au frigo).

2. Les morilles

Les mettre à tremper dans un grand bol d’eau pendant 6 à 12 heures. Renouveler l’opération, en changeant ensuite l’eau toiutes les 30 minutes environ jusqu’à obtenir une eau claire.

LE JOUR MEME (5 minutes de préparation et environ 15 minutes pour réchauffer le tout) : 

Enlever le plus de graisse possible de la cocotte (la conserver pour une autre utilisation : cuisson de pommes de terre sautées par exemple).

Jeter la carapasse (pensez à bien enlever toute la viande avant !)

Faire réchauffer la cocotte et retirer ensuite les morceaux de chapon.

Verser la crème et remuer à feu doux sans faire bouillir.

Ajouter les morilles puis l’assaisonnement.

Remettre la viande dans le plat et garder au chaud jusqu’au service.

J’ai trouvé cette merveilleuse recette dans le magazine SAVEURS, hors série n° 11, hiver 2012.